SNCF : Pourquoi les trains sont tous surbookés pour cet été ?

Les vacances approchent à grands pas, mais pour le mois de juillet, presque tous les trains sont réservés vers les lieux de villégiature. Et la SNCF dit être "au maximum" ?!

La SCNF s’est-elle laissée déborder ?

La majorité des trains s’affichent complets ou sont proposés à des prix bien supérieurs à 100 euros pour un trajet simple si l’on souhaite prendre un train de Paris à Saint-Jean-de-Luz en juillet. Une situation loin d’être isolée. Une jeune femme remarque : « C’est hors de prix ou déjà terminé depuis un mois et demi. Même si elle est là, une autre voyageuse est arrivée dans la même réalité « il y a trois semaines, pour vous donner un petit préavis. Et je me croyais grosse. En fait, pas du tout » Observez-la, s’il vous plaît.

Pourquoi cet engouement pour le voyage en train ?

En réalité, il y aura beaucoup plus de Français qui voyageront en train cet été : la SNCF prévoit un million de voyageurs de plus qu’en 2019, avant la pandémie. Et ces derniers ont considérablement gêné les départs de l’Hexagone, notamment ceux vers le sud-ouest.

L’entreprise n’avait pas anticipé cet argument. « On a tourné tous nos béliers. On est au top. Après, il faut que les gens s’organisent. La soirée du 13 juillet est une journée sans départ pour tout le monde », répond Alain Krakovitch, le directeur de TGV Intercités.

Et le prix de l’essence a-t-il un impact sur les transports choisis par les Français pour cet été ?

Un autre facteur contribuant à cet argument est l’explosion des prix du carburant. « Ils grandissent, et on s’attend à ce qu’ils continuent à grandir. A long terme, c’est une tendance. Donc, prendre le train pourrait devenir plus attrayant pour les Français », explique Marie-Hélène Poingt, la rédactrice en chef de La vie du rail.

Quelle solution proposée par la SCNF ?

La SNCF a commandé 100 rames supplémentaires pour répondre à cette demande croissante. de nouveaux équipements qui ne seront livrés qu’en 2024.

Selon des annonces faites mercredi, la SNCF et la start-up Fairlyne vont également proposer à la fin du mois une liste d’attente qui permettra de tenter sa chance si une rame TGV low-cost baptisée Ouigo est pleine en réservant la place de un passager qui a décidé de ne pas voyager.

Lors d’une présentation à VivaTech, Florian Etchanchu, qui supervise la stratégie produit de Ouigo, a déclaré : « Nous avons plusieurs trains qui sont pleins, notamment l’été, près de 40 % […] Ou nous savons qu’il y a d’autres clients qui aimeraient voyager avec nous. » Dans le même temps, « il y a beaucoup de no show, environ 10% », a-t-il ajouté, évoquant les passagers qui ne montent pas dans le train alors qu’ils ont acheté un billet.

Cependant, les billets Ouigo ne sont ni modifiables ni remboursables. Une nouvelle option est proposée.

Une nouveauté introduite en juin sur le site et l’application Ouigo permet aux voyageurs qui annulent leur voyage de s’inscrire pour proposer leur réservation. Ils recevront 80% du prix s’ils réussissent. De plus, les passagers qui souhaitent embarquer sur un Ouigo complet peuvent le faire en s’inscrivant sur une liste d’attente et en acceptant les sièges laissés vacants par les passagers ayant annulé leur voyage. Ensuite, selon Florian Etchanchu, ils paieront leur billet « au prix normal ».